Accueil Tech Quel est le format du négatif de la caméra Hasselblad ?

Quel est le format du négatif de la caméra Hasselblad ?

Si Leica était la référence pour la photographie au format 35mm, Hasselblad était dans le format moyen et devient l’appareil photo du professionnel par excellence. Les origines de Hasselblad n’étaient pas simples, car le fabricant n’était ni allemand ni japonais et son système modulaire a rompu avec des canons de design traditionnels. Cependant, la qualité de la construction, le design fonctionnel et l’optique Carl Zeiss ont rendu la société suédoise présente dans des studios photographiques professionnels de la Californie à Hong Kong, en passant par une Espagne qui commençait tout juste à émerger de l’après-guerre.

A lire en complément : Comment un changement d'adresse est-il signalé ?

Hasselblad est, avec Zeiss et Leitz, l’un des grands noms de famille des fabricants européens de photographie. Victor Hasselblad était l’âme de Hasselblad et son amour de la photographie l’a conduit à développer la caméra professionnelle par excellence. La passion de Victor Hasselblad pour la création d’une caméra qui répond aux besoins des professionnels fait de l’entreprise scandinave le fabricant qui photographiait la surface de la lune.

A lire aussi : Comment repérer une fausse application sur le store Android ?

Brève historique

La société F. W. Hasselblad & Co. a été fondée en 1841 dans la ville suédoise de Göteborg. En 1941, au milieu de la Seconde Guerre mondiale, Hasselblad développe la caméra aérienne HK7 pour l’armée de l’air suédoise. Victor Hasselblad (fils du propriétaire et grand amateur de photographie) fait face à son père, pour que l’entreprise familiale fabrique des caméras pour le public et en 1948 le Hasselblad 1600F est né, le premier appareil photo grand format grand format.

Basés sur une conception modulaire maintenue même à l’ère numérique, les caméras Hasselblad se composent d’un corps, d’un viseur, d’un objectif (développé par Carl Zeiss), d’un système de glissement à anneau ou à levier et d’un châssis de film au format 120. Chacun de ces éléments peut être séparé du reste, faisant de Hasselblad un système modulaire et autonome, capable d’utiliser 400 ISO négatif film noir et blanc et commuter rapidement et facilement à 50 ISO diapositive couleur.

Système modulaire intemporel

Les appareils photo Hasselblad ont conservé jusqu’à la série H numérique la conception classique du corps, du châssis et de l’objectif détachable. Il est également possible de séparer le viseur et la bague de traînée du levier ou du film. De cette façon, le professionnel travaillant avec Hasselblad peut utiliser différents types de film, sans avoir à attendre pour finir un rouleau de 120. L’équipement Hasselblad avait plusieurs châssis de film, ainsi que plusieurs inserts supplémentaires, car il s’agissait d’un accessoire qui se perdait facilement.

Tous les modèles de reflex Hasselblad — de 1,948 à nos jours — offrent la facilité de changer le viseur, l’optique, le film ou le châssis de sauvegarde numérique. Il est possible d’utiliser une sauvegarde de 50 Mégapixels avec un appareil photo et des objectifs fabriqués il y a des décennies, si vous voulez maintenir l’expérience qui ne transmettent que des caméras mécaniques Hasselblad. L’excellence du design de la première caméra Hasselblad reste depuis plus de 70 ans et ne se limite pas à la nostalgie du film photographique.

Hasselblad 1600F — 1000F

Née de l’évolution de la conception de la caméra aérienne HK7 conçue par Victor Hasselblad, la Hasselblad 1600F (connue sous le nom de « caméra Hasselblad ») a été le premier modèle fabriqué en série par la société suédoise. Victor Hasselblad recherché avec le Hasselblad 1600F jeter les bases d’un système qui offrait la plus haute qualité photographique, sans le poids des vieux appareils photo grand format. La polyvalence du système était un autre pilier sur lequel devrait se fonder le nouveau concept de photographie du génie suédois.

Le format 6x6cm. offre une excellente qualité d’image et des objectifs interchangeables, une plus grande polyvalence que les appareils photo grand format. En outre, la possibilité de changer le film couleur en noir et blanc et de glisser en négatif ajouté des fonctionnalités qui n’ont jamais été à la portée des caméras 35mm. Les objectifs avec une luminosité maximale de ƒ/2,8, l’obturateur plan focal et des vitesses d’obturation allant jusqu’à 1/1.600s étaient d’autres arguments qui ne font que convaincre de plus en plus les professionnels, qui ont commencé à virage leurs vieux caméras grand format. Le concept Hasselblad est né.

En 1952, le Hasselblad 1000F arrive, un modèle qui remplace l’optique Kodak Ektar par un 80mm et ƒ/2.8 Carl Zeiss Tessar, dans un mariage d’un demi-siècle, jusqu’à l’arrivée du système d’autofocus sur le Hasselblad H1. En plus de l’objectif standard 80mm, les téléobjectifs 135mm ƒ/3,5 et 250mm Carl Zeiss ont été présentés. ƒ/5.6, les deux conception Sonnar. Le Hasselblad 1000F a maintenu l’obturateur du plan focal, mais avec une refonte plus stable ; et la vitesse d’obturation la plus rapide a été limitée à 1/1000s. Le cadran de vitesse d’obturation était maintenu sur la roue de traînée du film.

Hasselblad 500C — 500C/M

Le Hasselblad 500C a été la plus grande révolution des appareils photo Hasselblad jusqu’à l’avènement de la technologie numérique. Pour la première fois, un obturateur central a remplacé l’obturateur central qui incorporait les deux premiers modèles Hasselblad. La vitesse d’obturation la plus rapide a été limitée à 1/500s, mais la caméra Hasselblad 500C synchronisait la prise de vue flash à n’importe quelle vitesse, ce qui en fait le modèle le plus utilisé en studio. Le nom 500C est la synthèse de la vitesse d’obturation maximale et du type d’obturateur (Central, Type Compur).

Le Hasselblad 500C est l’un des modèles plus emblématiques du fabricant suédois, car il était une nouvelle façon de travailler, à la fois en studio et à l’extérieur avec flash. Les nouveaux objectifs Carl Zeiss inclus — en plus de la mise au point et de l’anneau d’ouverture — un autre dédié aux vitesses d’obturation, le tout synchronisable avec flash. Deux petits onglets rouges mobiles pointent vers la profondeur du champ. Avec le Hasselblad 500C, la société suédoise a développé une conception améliorée du châssis du film : A12, pour les formats 6×6 et A16, pour 4,5x6cm, 12 et 16 expositions, respectivement.

Plusieurs prototypes ont été développés, certains avec obturateur plan focal et le reste avec l’obturateur central, et le choix final était l’obturateur de type Compur, qui facilitait la synchronisation du flash à n’importe quelle vitesse d’obturation. Le Hasselblad 500C représente une augmentation du coût de l’appareil photo, puisque chaque optique Carl Zeiss incorporait — en plus des anneaux de mise au point et des diaphragmes — un troisième anneau, avec les vitesses d’obturation et un obturateur central Compur, ce qui a rendu le prix plus cher mais a facilité l’échange de film avant la fin du rouleau de format 120.

Le fonctionnement 100% mécanique et la fabrication pratiquement artisanale ont fait de la Hasselblad 500C un produit parfaitement valable jusqu’à aujourd’hui, même pour les professionnels qui ne renoncent pas à l’excellence de la technologie numérique. Hasselblad représente la plus haute qualité de la photographie, au-delà de la nostalgie du film photographique.

En 1970 vient le Hasselblad 500C/M, basé sur la carrosserie, le design et les performances de la 500C, mais encore plus modulaire (d’où le C/M). La seule différence entre les deux modèles était la possibilité d’échanger les écrans de mise au point sur le Hasselblad 500C/M, une tâche simple qui pourrait être effectuée par le professionnel lui-même, sans avoir à mettre la caméra en service technique. Hasselblad a développé des écrans de mise au point adaptés à chaque type de champ photographique, rendant leur utilisation encore plus conviviale. Ainsi, des spécialités telles que la photographie d’intérieur, la mode ou le portrait, avaient des écrans focaux qui facilitaient chaque travail.

****11

Hasselblad SuperWide

La spécialisation a été l’un des succès de Hasselblad, qui a développé des caméras adaptées aux besoins des professionnels de la photographie. Avec Carl Zeiss (le plus prestigieux constructeur de lentilles photographiques), il conçoit le SuperWide, un modèle qui, en soi, n’était rien de plus qu’un objectif « collé » au film photo. Un corps de seulement quelques centimètres séparait le Carl Zeiss Biogon 38mm ƒ/4,5 angle du châssis de film au format 120. Contrairement aux autres cibles de Hasselblad, le Biogon a été soudé au petit corps du SuperWide.

La construction du Angular Biogon est considéré comme un jalon dans l’histoire de la photographie, car la perfection des lignes, l’absence de distorsion chromatique et d’aberrations et les fuites extrêmement contrôlées ont fait de la Hasselblad SuperWide (et toutes ses versions ultérieures) la caméra préférée par le design d’intérieur, le paysage et l’architecture photographes. L’absence de miroir a forcé Hasselblad à concevoir un viseur optique, qui comprenait un niveau à bulles. Le secret de la qualité de Biogon réside dans sa proximité avec le film. Sommes-nous avant la première caméra à développer le concept sans miroir ?

Hasselblad 500EL — 500EL/M — 500ELX

Le modèle électrique de Hasselblad avait une alimentation automatique du film, grâce à un moteur intégré dans le boîtier de la caméra. Basées sur la Hasselblad 500C — 500C/M, les différentes versions 500EL sont devenues l’un des modèles fixes du professionnels de la photographie de mode. Le premier Hasselblad 500EL est apparu en 1964 et a été remplacé par le 500EL/M (avec affichage interchangeable) en 1.971. Le 500ELX a introduit la commande TTL et incorporait un miroir plus grand, ce qui a éliminé le vignettage dans la vision à travers le viseur. Certains modèles 500ELX avaient un bouton de déclenchement plus grand, adapté pour le travail extérieur avec des gants.

Le moteur d’alimentation Hasselblad EL fonctionnant avec des batteries nickel-cadmium et leur âge (c’est un modèle avec plus de 40 ans de vie) a conduit les fabricants les plus ingénieux (non chinois) à développer des systèmes d’énergie plus propres respectueux de l’environnement et qui permettent la vie des différents Hasselblad EL pour prolonger la durée de vie des différentes séries EL Hasselblad à l’aide de piles AA. Le coût de ces adaptateurs est vraiment économique et il est facile de continuer à travailler avec l’un des modèles mythiques du fabricant suédois, soit avec un film 120 ou avec une sauvegarde numérique.

****15

Un développement du modèle Hasselblad 500EL adapté aux conditions extrêmes de l’espace a été commandé pour photographier la lune dans les missions Apollo. Les deux caméras, et en particulier les objectifs, ont été renforcés pour rester opérationnels à des températures extrêmement froides et à l’atmosphère nulle. L’autonomie de la batterie du Hasselblad 500EL et un châssis à film perforé de 70 mm ont assuré des centaines de photos avec la meilleure qualité d’image.

Hasselblad conquiert la lune

L’ aventure de Hasselblad et de la NASA a commencé en 1962 pendant le programme Mercury. Le futur astronaute de la NASA et passionné de photographie Walter Schirra avait son propre Hasselblad 500C. Amoureux de la haute qualité d’image des appareils photo Hasselblad, Schirra a suggéré à la NASA d’utiliser un Hasselblad pour documenter , car le modèle précédent de caméra utilisé a donné des résultats décevants. Après avoir acheté un Hasselblad 500C, il a suivi un programme de perte de poids qui comprenait le retrait du couvercle en cuir, de l’obturateur auxiliaire, du miroir réflecteur et du viseur.

****17

Un nouveau châssis a été construit qui a permis 200 expositions au lieu des 12 habituels, grâce à l’utilisation d’un film perforé de 70 mm. Enfin, une peinture extérieure noire mate minimise l’éblouissement sur la fenêtre orbitaire. Les images réalisées par Schirra ont montré une grande qualité et scellent un accord long, étroit et bénéfique entre l’agence spatiale américaine et le fabricant suédois de la caméra.

****18

L’ un des moments les plus emblématiques de l’histoire de Hasselblad est venu lorsque la mission Apollo XI a atterri avec succès sur la Lune le 20 juillet 1969. Une caméra de données Hasselblad (HDC) argent a été choisie, équipée d’un Zeiss Biogon 60mm ƒ/5.6, pour documenter la surface lunaire. Une deuxième chambre électrique noire Hasselblad (HEC) avec une lentille Zeiss Planar 80mm ƒ/2.8 a été utilisée pour photographier depuis l’intérieur du module lunaire Eagle.

****19

Travaillant parfaitement dans les conditions extrêmes de la surface lunaire, la caméra HDC a produit quelques-unes des photographies les plus emblématiques de l’histoire. Après avoir enlevé le châssis du film, les deux caméras et leurs objectifs ont été laissés sur la Lune pour atteindre les marges de poids requises par le retour sur Terre. Au total, douze caméras (avec leurs objectifs respectifs) ont été laissées sur la surface lunaire. Seul le châssis a été apporté avec le film exposé.

Et l’électronique arrive

L’ obturateur central a d’excellentes vertus lorsque vous travaillez avec flash, mais une vitesse d’obturation maximale de 1/500s. peut être trop « lente » selon les occasions. Chaque fois plus de professionnels utilisaient leurs caméras Hasselblad pour les travaux extérieurs et des vitesses d’obturation plus rapides étaient nécessaires. Les limitations de l’obturateur central ont empêché la prise de vue plus rapide et le fabricant suédois a décidé de revenir à l’obturateur de plan central avec le modèle Hasselblad 2000FC, une caméra au format 6×6 qui a atteint une vitesse d’obturation de 1/2.000s.

Après le Hasselblad 2000FC est venu la version motorisée 2000FCW, avec une poignée d’alimentation de film. Tous les modèles électroniques avec obturateur plan focal avaient une bague de vitesse (de 1 seconde à 1/2 000 s) à l’avant du boîtier de la caméra, juste après l’objectif. Manquant d’obturateur central, Carl Zeiss a pu concevoir des optiques plus lumineuses, comme le Planar 110mm ƒ/2, avec à peine changer la taille des verres.

L’ exclusivité de l’exclusivité

Hasselblad n’a jamais été une marque bon marché. Pas ses caméras, pas les cibles. Comme Leica, Hasselblad a développé des séries courtes de modèles exclusifs, en utilisant l’or et le revêtement en cuir. Ils étaient des modèles commémoratifs, plus destinés à recueillir et à spéculer leur valeur, qu’à prendre des photos. Même à l’ère numérique, Hasselblad a développé des séries limitées d’appareils photo, comme le modèle spécial Hasselblad H4D-40 Ferrari Edition, dans la couleur rouge classique de l’équipe cavallino rampante.

****21

Châssis et dossiers

L’ une des caractéristiques les plus appréciées par les professionnels utilisant Hasselblad était la possibilité de changer le type de film qu’ils utilisaient en plein travail. De cette façon, il était possible de passer de la couleur au noir et blanc ou de glisser au négatif en changeant simplement le châssis du film. Hasselblad a offert jusqu’à trois types de châssis différents, le plus commun étant le châssis film A12, qui a offert 12 expositions au format 6x6cm.

****22

Le châssis A16 présentait 16 expositions de 4,5 x 6 cm, tandis que le châssis à film perforé de 70 mm supportait jusqu’à 70 expositions. L’insert métallique plat empêchait la lumière de pénétrer dans le châssis, empêchant ainsi le film d’être surveillé. Pour le format rectangulaire de 4,5x6cm. il y avait des écrans de mise au point avec des signaux qui délimitaient le cadre à ce type de format. Tous les châssis Hasselblad avaient un bouton de déverrouillage, marqué de la lettre « V », de Victor Hasselblad, démontrant que la société suédoise a toujours pris soin du détail au maximum.

Le professionnel avait également un support pour le film Polaroid ou Fuji FP100. Des essais d’éclairage étaient effectués à l’aide d’un film instantané, afin de déterminer si l’intensité ou la position des clignotements devaient être corrigées. Le film instantané était la chose la plus proche de la photographie numérique, car elle offrait une immédiateté dans les résultats et, de cette façon, le professionnel pouvait vérifier le résultat avant d’apporter le film au laboratoire.

Les dossiers numériques Hasselblad peuvent être utilisés dans presque tous les appareils photo fabriqués à partir de 1957 et montés sur des caméras mécaniques Hasselblad supposent que la somme des résultats présents et passés dans un futur appareil photo. Le plaisir de « prendre des photos » et de ne pas prendre de vue est évident lorsque vous travaillez avec les caméras d’obturateur central Hasselblad. La mise au point manuelle, la mesure de la lumière et l’éloignement de toute hâte garantissent des photos uniques et travaillées, l’une des caractéristiques de Hasselblad.

Conclusion

Grand, laid et lourd. C’est ainsi que l’appareil photo Hasselblad était défini. Cependant, peu de modèles ont contribué davantage à améliorer la qualité d’image des photos, grâce au format 6x6cm. et la pureté superbe de l’optique Carl Zeiss. En fait, les caméras Hasselblad ne sont rien de plus que des boîtes sombres, car le boîtier de la caméra n’a guère d’obturateur qui empêche le film d’être regardé. En fait, le corps de la caméra sépare à peine l’objectif du film.

****25

Je me souviendrai toujours de la première fois que j’avais un Hasselblad entre mes mains. En regardant à travers cet écran de 6x6cm, le monde a l’air grand, ce qui conduit à penser grand et à prendre des photos grandes. Travailler avec un Hasselblad est l’opposé de la prise de vue avec des appareils photo numériques. Le rouleau du format 120 nous donne à peine 12 expositions. Une douzaine de bonnes photos. Parce que ces photos sont pensées, bien avant de mesurer la lumière, le cadre ou la mise au point. Une douzaine de photos que nous faisons avec l’amour et la passion que nous ressentons pour la photographie.

****26

Le rêve de Victor Hasselblad, qui a imaginé développer une alternative de qualité supérieure à celle offerte par les modèles 35mm, c’était plus que rempli et nous sommes de nombreux professionnels que nous devons vous remercier d’avoir fabriqué des modèles qui ont fait grand pour cette photographie qui est écrite en majuscules, avec des caméras qui continuent à nous inviter à sortir pour prendre des photos et profiter de cette magie appelée Photographie.

ARTICLES LIÉS